Fatal error: Uncaught exception Exception with message Query error: UPDATE command denied to user 'patrimoistourb'@'10.22.20.3' for table 'tl_search' (UPDATE tl_search SET url='passerelle-plastique-ou-bois-.html', title='Passerelle : plastique ou bois ?', checksum='f83fecbb7ae5b8d1f77a473a86ada172', pid='134', filesize=24.87, text='Passerelle : plastique ou bois ? Les tourbières, milieu sensible et fragile, nécessitent une grande prudence avant tout projet de valorisation. Trouvez, à travers les travaux du programme Accueil du public en zones tourbeuses, des pistes de réflexion sur les aménagements et la sensibilisation à cet écosystème menacé. Passerelle : plastique ou bois ? Observations de Scottish Natural Heritage sur les travaux de LEADER+ à Flanders MossIl n’y pas longtemps, vers le milieu des années 90, que le plastique recyclé est utilisé dans l’industrie du bâtiment. Le plastique recyclé présente un certain nombre d’avantages par rapport au bois traditionnel traité des conifères, mais il présente aussi un certain nombre ‘inconvénients. Nous avons voulu les comparer, afin de permettre au personnel du SNH de faire les bons choix lorsqu’ils décideront de construire de nouvelles passerelles ou promenades. Types de Plastique Il y a en gros deux sortes de plastique recyclé, avec d’autres options qui seront abordées plus loin : Le Polyéthylène à Basse Densité (PEBD) — C’est actuellement le plus courant et le moins cher – c’est essentiellement un plastique d’enrubannage recyclé, plus mou et plus souple que le PEHD. Le Polyéthylène à Haute Densité (PEHD) — Fabriqué à partir de bouteilles recyclées, ce matériau est plus onéreux. On peut avoir du mal à le trouver (il est principalement européen), mais il est plus rigide et semble avoir donné de meilleurs résultats dans les études de terrain. Les Matériaux Composites — On peut incorporer d’autres matériaux au plastique – le plus courrant étant la sciure, qui modifie les caractéristiques de maniement du plastique – par exemple, un matériau composite de 50% plastique/50% sciure supportera la peinture ou les taches tout comme le bois. Par contre, le matériau composite est plus fragile que le plastique 100%. Les Matériaux de Renforcement — On peut renforcer le plastique – soit avec des sections en acier, soit avec de la fibre de verre, ces deux matières offrant une plus grande résistance à la structure. Toutefois la composition des matériaux est très hétérogène – ce sont des matériaux recyclés, et les lots peuvent être de couleurs et de compositions très différentes en fonction de leur disponibilité du moment. Le plastique recyclé se vend sous un certain nombre de formes – déjà moulé pour des articles spécifiques, en profils et longueurs standard ou en moules personnalisés. Pour les plus gros projets nécessitant un profil ou une forme spécifique, un moule personnalisé peut être plus économique. La plupart des applications font appel à des articles standard – dont la conception de base et les techniques de construction sont très similaires sur le plan technique, quels que soient les matériaux, plastique ou bois. La coupe de toutes les sections, sauf les plus fines, est en nid d’abeilles avec un bord externe plus épais – ce qui est dû aux effets physiques du moulage des sections. Les boulons sont donc plus appropriés aux articulations structurales – mais la plupart des vis ou des clous font l’affaire, à condition de commencer par percer des trous de guidage. Avantages de l’utilisation du Plastique Rapport qualité / prix – bien que l’on puisse en général négocier les prix, le plastique coûte malgré tout environ 3 fois plus cher que les bois traités des conifères. Par contre la durée de vie des plastiques est estimée à 40 - 50 ans minimum, pour 10-12 ans dans le cas des bois traités des conifères. Selon les études qui ont été menées, ils ne semblent pas beaucoup se détériorer, résistent aux UV et aux produits chimiques, et ne sont pas attaqués par des insectes ou champignons. Entretien gratuit. Meilleure résistance au glissement – la texture de surface de la plupart des plastiques recyclés résiste mieux au glissement que les bois traités des conifères. Plastique recyclé – un volume moins important finit en remblai, ce qui est un exemple pratique de recyclage. Propre –du fait de sa résistance aux moisissures et de la faible croissance des algues, les passerelles en plastique ont un aspect \"propre\", et d’après certains responsables de sites, les enfants qui viennent en visites éducatives les préfèrent nettement. Inerte – pratiquement pas de lixiviation chimique sur les sites sensibles. Des problèmes apparaissent si les matériaux sont brûlés – mais les plastiques pouvant être recyclés, seul le vandalisme peut poser problème. Problèmes de l’utilisation du plastique Variable – le plastique recyclé est hétérogène en soi, surtout d’un lot à un autre, ce qui peut avoir un effet à la fois sur ses propriétés physiques et sur son aspect. Expansion/contraction – les sections en plastique sont beaucoup plus sensibles au chaud et froid que le bois. Il faut donc tenir compte d’une grande expansion/contraction dans leur conception – par exemple, en faisant glisser des poutrelles sur des supports, plutôt que de les boulonner ou en perçant des trous ovales pour leur permettre de bouger. Flexion/amollissement par temps chaud – les poteaux en plastique ont tendance à se gondoler de façon alarmante par temps chaud. Ainsi, un lot de poutrelles en plastique empilées contre un camion avait pris la forme d’une banane après la pause déjeuner! Malléable – On peut travailler sur le plastique avec des outils électriques tout comme le bois, mais il faut que les outils soient acérés et coupent très bien pour éviter les pincements. Les poteaux peuvent aussi être difficiles à enfoncer dans le sol, les outils ayant tendance à rebondir et le plastique à se fendre. Peu d’entrepreneurs ont une grande expérience du travail des plastiques. Approvisionnement – il n’y a qu’un petit nombre de producteurs au Royaume Uni, et certains n’ont pas tenu longtemps. On peut avoir du mal à trouver du plastique PEHD en particulier – Il est principalement importé de Hollande ou d’Allemagne, d’où des problèmes de livraison (des retards de 1-2 mois sont monnaie courante), surtout s’il faut des lots supplémentaires. Inflammabilité – c’est un véritable problème avec le plastique PEBD, même si des agents ignifuges peuvent être ajoutés à n’importe quel matériau pour un coût supplémentaire. Par exemple, la Mairie de Leicester a perdu une section de 30 m de promenade en PEBD dans un incendie. Certains plastiques sont censés n’être qu’à feu couvant en présence d’une source d’allumage, et ne pas brûler une fois la source supprimée – mais il faut indiquer la présence d’un agent ignifuge si un problème vient à se poser. Copeaux & Chutes – la coupe et le perçage du plastique produisent beaucoup de copeaux de plastique, qui peuvent être difficiles à ramasser et à éliminer. Les plus grosses chutes peuvent être recyclées si elles ne peuvent pas être utilisées autrement. Au NNR de Flanders Moss, la découpe a été effectuée à l’emplacement du nouveau parking, et les copeaux ont été incorporés au matériau proprement dit. Résistance au glissement Pour les promenade ou passerelles il faut très souvent prévoir une surface adhérente – différentes solutions ont été essayées sur des promenades en bois, mais aucune n’a donné entière satisfaction (actuellement, une entreprise commence à commercialiser des bandes de résine à insérer dans le bois traité, ce qui pourrait être une solution). La surface des sections en plastique a une texture, ne retient pas les algues, et de ce fait offre une meilleure résistance au glissement. Lixiviation chimique Bien que les avis diffèrent, le bois traité représente un risque réel s’il est utilisé sur des sites sensibles à terres humides. Le fluide qui sert à traiter le bois peut avoir un effet de lixiviation sur l’environnement – bien que l’on puisse éviter ce problème en le laissant bien sécher (3 mois). Le plastique étant inerte, ce problème ne se pose pas – ce qui peut être un avantage considérable sur les sites sensibles. Le plastique pose problème lorsqu’il brûle, différents produits chimiques désagréables et nocifs en émanant – mais c’est la même chose avec le bois traité. Esthétique Les passerelles étant très visibles, peuvent ne pas se fondre dans le paysage ; il faut donc bien choisir l’itinéraire de la promenade pour minimiser le problème. En jouant avec la topographie du site pour cacher la promenade ou la passerelle, et en évitant les longs parcours en ligne droite, on peut les rendre très discrètes. Le plastique recyclé peut se présenter dans des teintes très variées, les plus courantes étant le noir ou le marron. Au bout de 10 ans d’utilisation, il semble que teintes ne passent pas beaucoup au soleil. Des expériences sur plusieurs sites ont montré jusqu’à présent que le noir était plus intrusif que le marron – mais c’est peut-être parce que les visiteurs s’attendent à une promenade en bois, donc de couleur brune ! Problèmes liés à l’environnement Même si le plastique est un matériau recyclé, son utilisation n’est pas nécessairement une bonne option pour l’environnement. La production d’énergie et de carbone en un cycle complet (à savoir collecte, tri, moulage et transport des matériaux) est probablement plus importante pour les plastiques que pour les bois traités de conifères. Mais la réduction des déchets de remblais et le message éducatif sont également à prendre en compte. La disponibilité des plastiques recyclés est quelque peu douteuse – et l’utilisation de plastique vierge a été évoquée en cas d’indisponibilité du plastique recyclé. A la différence d’autres parties d’Europe, le Royaume Uni ne dispose d’aucune source fiable de plastique recyclé – ce qui explique les problèmes d’approvisionnement mentionnés plus haut. Sans aucun doute, l’option “verte” est probablement d’origine locale, du chêne séché – mais son coût et sa disponibilité réelle risquent de poser la question de sa viabilité pour la plupart des projets. Il faut considérer le recours au plastique recyclé comme une option pour le développement de projets de sentiers – il présente un certain nombre d’avantages par rapport aux matériaux traditionnels (le coût étant un avantage important sur le cycle de vie prévu). Mais ce choix n’est pas décisif,et chaque cas doit être considéré séparément. Etudes de cas Mairie de Leicester — La Mairie de Leicester utilise le plastique recyclé depuis 13 ans – à cause du rapport qualité/prix (durée de vie estimée à 40 ans et pas de frais d’entretien), mais aussi en grande partie à cause de sa valeur éducative (démonstration pratique du recyclage). La Mairie a contacté divers fournisseurs – avec lesquels elle a rencontré un certain nombre de problèmes, et sa priorité portant maintenant sur la \"qualité\" plutôt que sur le \"prix\", elle a décidé de faire couramment appel à un fournisseur néerlandais (\"Larkhorst\"), qui s’est montré plus fiable. Elle spécifie que le plastique doit être recyclé à 100% (avec une préférence pour les rebuts post-consommation), et utilise des sections plus grandes que nécessaire. La surface de marche est de 1,2 m (avec des passages tous les 30 m), avec des sections de 60mm x 240 mm. Les sections étant plus grandes que nécessaires, le \"rebondissement\" sur les passerelles est moindre – alors que les mêmes dimensions utilisées avec du bois provoquent une sensation de rebondissement déconcertante. Même si certaines sections fléchissent légèrement, elles ne rompent pas. La Mairie est convaincue que ce matériau présente bien plus d’avantages que d’inconvénients. Glasson Moss — A Glasson Moss en Cumbria, l’association « Natural England » a aménagé une promenade en plastique PEBD – vu le nombre de problèmes rencontrés, elle a décidé de ne plus utiliser ce matériau. Ces problèmes étaient dus au phénomène d’expansion/contraction, qui a nécessité le flambage de certaines sections. Des vis ont été placées entre les pieds et les poutres longitudinales ; il semble que des boulons auraient été préférables, car certaines vis se sont cisaillées. Le plastique noir PEBD était également plus visible que prévu, et tout compte fait, une finition marron aurait été préférable. Une réserve RSPB voisine a utilisé un composite bois/plastique pour le pontage, moins voyant et pouvant être teinté. Flanders Moss — A Flanders Moss, une promenade de 500 m a été aménagée en 2006 sur une partie du NNR, en plastique PEHD (\"Hanit\" – produit en Allemagne) – il se voit moins, mais le phénomène expansion/contraction reste un problème. Les poutres longitudinales reposent sur des poutres porteuses – elles glissent dessus – cette technique a un impact moindre sur la tourbe et permet de régler la hauteur de la passerelle en ajoutant simplement des sections aux porteuses. Sur une section de pont, des poutres en acier renforcent la résistance structurale. La nature inerte du plastique a été un problème important sur ce site – qui n’ aucun impact sur l’intérêt lié à l’histoire naturelle du site. Une constatation intéressante : les visiteurs n’ont pas semblé remarquer la surface en plastique, même si les groupes d’élèves semblaient apprécier sa propreté pour s’asseoir. Merci à : Phil Clarke (Paths for All Partnership) (Partenaires pour des Sentiers pour Tous) (Adrian Lane (Leicester City Council) (Mairie de Leicester) Colin Auld (Natural England) David Pickett (Scottish Natural Heritage) (Patrimoine Naturel Ecossais) Andrew McBride (Scottish Natural Heritage) Autres renseignements : Promenades – Bois ou Plastique ? (Conservation Land Management, printemps 2006) Sites web utiles : California Integrated Waste Management Board — Conseil de Gestion de l’Intégration des Déchets en Californie American Plastics Council — Conseil américain des Plastiques Waste & Resources Action Programme (WRAP) — Programme d’Action pour les Déchets et les Ressources Hahn Kunststoffe GMBH Centriforce Products Ltd Autres ressources de la bibliothèque :Document de consultation publique sur Flanders Moss Résultats de la consultation sur Flanders Moss tourbière, tourbe, aménagement, passerelle, ponton, visite, sensibilisation, interprétation, marais, zone humide, sentier, LEADER +, tourbière bombée, tourbière de couverture, tourbière de pente, Locarn, Glomel, Lann Bern, Magoar, Penn Vern, Keroncel, Cicindèle, AMV, tourisme handicap, implication, land art, matériau naturel, participation locale retour acceuil, rechercher', tstamp=1569109463 WHERE id='8') thrown in /home/patrimois/www/tourbieres/system/libraries/Database.php on line 502
#0 /home/patrimois/www/tourbieres/system/libraries/Search.php(136): Database_Statement->execute('8')
#1 /home/patrimois/www/tourbieres/system/modules/frontend/FrontendTemplate.php(161): Search->indexPage(Array)
#2 /home/patrimois/www/tourbieres/system/modules/frontend/PageRegular.php(109): FrontendTemplate->output()
#3 /home/patrimois/www/tourbieres/index.php(175): PageRegular->generate(Object(DB_Mysql_Result))
#4 /home/patrimois/www/tourbieres/index.php(211): Index->run()
#5 {main}